Carnets de route

lundi 22 août 2005 Suivant

4h15 : réveil !
Derniers préparatifs avant de prendre la route avec Françoise en direction de la gare de Rennes où le train pour Paris-Roissy- Charles De Gaulle de 6h10 nous attend.
Le timing est plutôt serré avec un départ tranquille mais sans prévoir que Fanfan respecte les limitations de vitesse avec la petite C3 bleue…
Devant la gare de Rennes, il ne faut pas traîner à se garer, car le train ne va plus tarder à se dégarer lui !
Valises rangées, places trouvées mais déjà occupées donc direction d’autres sièges et le train se met en marche. Petit coucou à Fanfan restée sur le quai, c’est parti !
3h16 de trajet pour atteindre l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle et ces instants seront bercés par d’agréables commerciaux de base qui semblent se croire seuls au monde et intéressants au point de faire profiter tout le wagon de leur conversation futile. Emilie lutte contre le sommeil mais perd une fois de plus. Je somnole légèrement de mon côté mais l’agitation des commerciaux énervés comme des gamins en partance pour la colonie de vacances n’est pas propice au repos.
9h26 (ou quelque chose comme ça), entrée en gare de Roissy après quelques étapes du côté de Massy et de Marne La Vallée. Descente du train, recherche de la correspondance vers le terminal 1 de l’aéroport. Le bus nous y emmène. L’avion prend son envol à 14h15 …
Café ou chocolat pour nos 2 voyageurs avec croissant ou pain au chocolat à la table d’une Brioche Dorée. Dernier retrait d’argent en France pour moi de crainte de ne pas avoir assez pour vivre en Islande. Enregistrement (en avance) de nos bagages au guichet d’Iceland Air et récupération de nos billets papier dans le même temps. Moins chargés, nos 2 acolytes se dirigent maintenant vers un point de restauration. Tiens, un McDo !

Panneau aéroport13h30, l’heure de l’embarquement est là !
Direction la porte 7, passage au détecteur et attente de l’ouverture de la passerelle vers notre avion. Une hôtesse prend la parole aux haut-parleurs et nous indique calmement que le décollage est retardé pour cause de problème technique. Rassurant ! Les techniciens vérifient le réacteur gauche de l’avion sous nos yeux. Les gens observent, attentifs …
L’embarquement a enfin lieu après une dernière vérification d’identité. Nous sommes dans l’avion ! Nos places se trouvent presque au fond. Les bagages à main sont placés dans les casiers prévus à cet effet. Une légère confusion fait que Christophe se retrouve côté hublot à la place d’Emilie. Rien de grave … (Emilie : « C’était un vol manifeste et en toute conscience ! »)
Les moteurs commencent à gronder, le pilote nous parle en islandais puis en anglais accentué de façon islandaise. Nous avançons, le décollage est imminent ! C’était une fausse alerte, le bruit des moteurs retombe. Les tentatives vont se succéder plusieurs fois avant le vrai décollage : les moteurs grondent, l’avion avance puis s’arrête.
Ça y est, nous quittons le sol français ! Avec environ une heure de retard …
Le vol se déroule tranquillement et les nuages se font plus nombreux et plus épais au dessus des terres anglaises et écossaises. Emilie jubile (Emilie : « pas vrai ! ») lorsque le repas nous est servi ! Escalope panée avec pomme de terre et une patate non épluchée. Euh, non ! Emilie a confondu avec le pain … (Emilie : « c’était pour rire… je savais bien ! » ; Christophe : « Menteuse ! »)
Par contre, dans un éclair de lucidité, Emilie s’aperçoit que l’hôtesse d’Iceland Air qui a enregistré nos bagages a gardé nos tickets électroniques ce qui nous prive pour le moment de billets retour. Non seulement elle n’était pas aimable mais en plus, elle ne fait pas bien son travail ! A nous de résoudre le problème au plus vite …

TrollL’Islande se dessine à l’horizon (Emilie : « Emilie ne peut pas voir elle a si peu accès au hublot… »), il est environ 16h30 (heure locale), le retard à l’arrivée est donc de ¾ h. Pour indication, en France, il est 18h30.
Direction le bureau de change pour récupérer nos 59.968 couronnes islandaises en échange de 800 euros. Récupération de nos valises, renseignements auprès d’un employé de l’aéroport pour nos tickets retour qui nous indique d’aller voir directement au guichet d’Iceland Air avant que ça ferme. Nous arrivons juste à temps ! Nous n’avons pas trop de mal à obtenir le papier nécessaire à la délivrance de nos tickets retour quand le moment sera venu. Nous ne sommes pas pressés …
Il nous faut maintenant aller récupérer notre voiture de location. Un petit Jimmy nous attend normalement ! Sur le parking de l’aéroport de Keflavik, nous faisons connaissance avec notre compagnon bleu qui nous mènera partout durant ces 17 jours en terre nordique. Le temps est à la pluie et le ciel est bas, nous prenons la route, direction la capitale du pays, Reykjavik après quelques photos de l’aéroport international. L’aventure commence !
Les premiers paysages que nous traversons nous fascinent déjà ! Après environ 45 minutes de route, nous entrons en ville. Il nous faut trouver l’hôtel Keyhotel Cabin. La sortie de la carte de Reykjavik est nécessaire. Quelques points de repère nous permettent d’enfin trouver notre premier logement. Premier contact réel avec les habitants du pays ! Notre chambre est petite et simple mais c’est propre et confortable. Emilie n’apprécie pas trop la chambre 2 places avec … 2 lits !
Nous sortons en ville pour prendre notre premier repas islandais. Celui-ci sera composé de poisson et de frites : fish and chips comme ils disent ici. Quelques photos de la ville, notamment d’églises originales, pendant que la nuit approche et une visite très rapide pour ce premier soir avant d’aller se coucher. Les réveils à venir seront matinaux (pour nous !) alors ce n’est pas le moment d’accumuler la fatigue ! Le coucher a lieu avant minuit …

Islande - 2005